Icône d'étoile | Au-delà Des Nuages

Agostino*

Tout commença en octobre 2020, précisément le 9 octobre. Nous décidions de lancer la machine bébé car ma sœur venait d’accoucher de son petit garçon. L’envie était pr... Lire plus

Tout commença en octobre 2020, précisément le 9 octobre.
Nous décidions de lancer la machine bébé car ma sœur venait d’accoucher de son petit garçon.
L’envie était présente pour moi déjà depuis plusieurs mois.
Les mois s’enchaînent, mais bébé ne s’installe pas.

Et puis le 27 mai 2021, le jour de mes 24 ans, je ressens le besoin de faire un test.
Le bonheur immédiat : c’est positif !
Les mois passèrent et tout va très bien.
Notre petit garçon est en pleine forme.
Nous arrivons alors au 6eme mois, nous attendions avec impatience la T2.
Celle-ci se déroulait le 13 octobre. Tout allait bien une fois de plus, rien à signaler.
Le lendemain je n’ai pas senti mon petit garçon bouger, mais mon compagnon me rassure.
Il est vrai qu’après chaque échographie il bougeait un peu moins.

Le 15 octobre à 10h je me rends au supermarché avec mon papa et je ressens comme une pression au niveau de l’utérus.
Je décide de me rendre à l’hôpital vers 15h sous les conseils de ma sœur.
J’arrive aux urgences maternité. J’explique que je ne sens plus mon bébé depuis la veille au matin.
On m’installe, l’appareil met une éternité à s’allumer. Elle pose le gel glacé sur mon ventre, passe l’appareil et là je remarque à son visage que quelque chose ne va pas.
Elle me dit donc «je suis désolée, je n’aurais pas aimé faire ça, mais je ne capte plus son cœur, votre petit garçon est décédé. »
Je lui ai demandé tout de suite de me faire accoucher, je ne voulais pas rester avec mon bébé mort dans le ventre. Je trouvais ça horrible.
On nous annonce qu’il n’y a pas de place avant le 18 octobre. Je suis tellement énervée de ne pas pouvoir accoucher rapidement.
Et finalement, je suis contente d’avoir eu le week-end pour réaliser ce qui était en train de se passer.
Passer du temps avec mon compagnon, à deux, pour comprendre que nous n’aurions pas le bonheur d’accueillir notre petit garçon 3 mois plus tard en bonne santé mais 4 jours plus tard mort.
Mon compagnon n’était pas là. Je lui téléphone et je lui demande de s’asseoir et de rester calme.
Je lui annonce donc que notre petit Agostino n’est plus là.
Il entre dans une rage noire et prend sa camionnette pour me rejoindre à l’hôpital.
Il travaillait sur Bruxelles, je lui ai demandé de faire attention sur la route.
Ma sœur m’a donc rejoint à l’hôpital pour que je ne sois pas seule.
Nous prévenons nos proches et tout le monde a fait le déplacement, pour nous soutenir, chez nous.
Ce jour-là l’un d’entre eux a prononcé la phrase qui a fait déborder le vase : « Vous êtes jeunes, vous allez recommencer ». Certes, oui, nous sommes jeunes, mais cette réflexion n’avait pas lieu d’être !
Nous venions d’apprendre la perte de notre bébé. Mon monde s’écroule, pourquoi moi ?
Qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour mériter ça ?

Nous rentrons donc à l’hôpital le 18 octobre à 18h. On me déclenche le 19 octobre à 7h.
Notre plus belle étoile est née à 14h20.
7h de travail et un accouchement horrible, douloureux et malheureux.
Nous avions demandé une autopsie, ce qui révèlera un décollement placentaire qui provoquera à notre fils une thrombose.
Notre fils sera enterré le 27 octobre. 2 mois plus tard, le 27 décembre, je ressens des choses bizarres. Je décide de faire un test et il est directement positif.
L’angoisse apparaît aussitôt, c’est bien trop tôt pour un second bébé.
Nous décidons malgré tout de le garder car s’il est là, ce n’est pas pour rien. Nous avons bien fait, notre fille est née ce 22 août 2022 et se porte à merveille.
Ma grossesse était très angoissante, chaque échographie, j’y allais la boule au ventre.

Ylénia n’est pas là pour remplacer son frère, mais bien pour agrandir notre famille. Quand ce sera le moment, elle sera mise au courant de l’existence de son grand frère.

Romane, mamange d’Agostino et maman d’Ylénia.

Partagez votre histoire avec d’autres parents

Vous souhaitez soutenir d’autres parents ou partager votre histoire et celle de votre étoile?

Envoyez-nous votre histoire ou vos expériences personnelles avec Au-delà Des Nuages et nous veillerons à ce qu’elle obtienne une belle place sur notre site Web.

Sfeerbeeld VZW Boven De Wolken | Gratis professionele fotosessies voor sterrenouders
Icône étoiles | Au-delà Des Nuages

Soutenez-nous ou devenez bénévole

Au-delà Des Nuages souhaite continuer à proposer ses séances photos à tous les parents en Belgique. En tant qu’organisation à but non lucratif non subventionnée, ils dépendent entièrement des dons et des efforts affectueux quotidiens de centaines de bénévoles. Voulez-vous nous aider? Cela peut se faire de plusieurs façons!

Sfeerbeeld VZW Boven De Wolken | Gratis professionele fotosessies voor sterrenouders
close